News

Nombre de résultats:106

Information concernant la version 9 du BRCGS Food

Tous les audits BRCGS Food à partir du 1er février 2023 doivent être réalisés selon la version 9

La version 9 du BRCGS Food est disponible et peut être téléchargée gratuitement ici (lien)

Date d'entrée en vigueur:

Tous les audits BRCGS Food à partir du 1er février 2023 doivent être réalisés selon la version 9

Aperçu des principaux changements :

•  Protocole d'audit : nouvelle option avec audit " mixte ".

• Culture de sécurité alimentaire, approche et exigences plus fortes et plus détaillées

• Amélioration du contrôle des activités externalisées

• Nouvelles exigences en matière de fraude alimentaire et de défense alimentaire

• Nouvelles exigences en matière de formation du personnel

• Nouvelle section pour les sites ayant des activités de transformation primaire

• Modifications mineures de plusieurs exigences, qui doivent être adaptées avant l'audit.

Pour plus d'informations, veuillez consulter notre programme de formation (lien dates proposées). Notre partenaire de formation "Progress Excellence" organise des ateliers d'une journée sur le sujet.

Il n'est plus possible d'importer directement des pays tiers dans l'UE via un importateur suisse (et inversement)

Désormais, les marchandises bio en provenance d'un pays tiers ne peuvent être importées en Suisse (y compris au Liechtenstein) ou dans l'UE que si la législation équivalente de l'autre partie concernant l'importation est respectée.

Le 16 décembre 2021, la Commission européenne a communiqué par écrit à l'OFAG que les autorisations de CoI par les autorités des États membres de l'UE ne sont pas autorisées pour les marchandises si l'importateur n'a pas son siège dans l'UE. Citation du texte de l'UE tiré de la communication : "... in accordance with Article 2 of Regulation (EC) 889/2008, and in accordance with the Notes related to the CoI in Regulation (EC) 1235/2008, Annex V, as regards Box 11, importer means the natural or legal person within the European Union who presents the consignment for release for free circulation in the Union, either on its own, or through a representative. En tenant compte des dispositions légales décrites ci-dessus, il n'est pas permis d'inclure dans la case 11 du CoI une référence à un importateur qui n'est pas établi dans l'UE".

Les produits fabriqués dans des pays tiers qui seraient importés directement dans l'UE par une entreprise suisse - sans mise en libre pratique préalable en Suisse - ne relèvent donc pas, selon la Commission, du champ d'application de l'accord agricole. Les États membres de l'UE ne libéreront plus les CoI pour de telles transactions, car ces entreprises ne sont pas considérées comme des importateurs au sens de la définition légale de l'UE.

Etant donné que les relations commerciales avec l'UE sont basées sur la réciprocité et impliquent une gestion identique de TRACES, il est également nécessaire du côté suisse d'adapter la pratique en matière de libération des CoI. L'OFAG a donné les instructions suivantes aux organismes de certification par lettre du 4 février :

  • Est considérée comme importateur toute personne physique ou morale ayant son siège en Suisse ou au Liechtenstein, qui est soumise au système de contrôle prévu par l'ordonnance sur l'agriculture biologique et qui déclare l'envoi pour la mise en libre pratique en Suisse (y compris au Liechtenstein), soit elle-même, soit par l'intermédiaire d'un représentant ;
  • Seuls les CoI pour les importations en provenance de pays non membres de l'UE (pays tiers) et qui sont physiquement destinés à la Suisse peuvent être libérés dans TRACES. Ainsi, un CoI ne peut être libéré que si une entreprise ayant son siège en Suisse (ou au Liechtenstein) est désignée dans la case (Box) 12 du CoI ;
  • Les CoI pour les premiers destinataires (First Consignees) ayant leur siège en Suisse et provenant de fournisseurs ("importateurs") dans l'UE ne peuvent pas être libérés. En effet, aucun CoI n'est nécessaire pour les marchandises qui sont déjà en libre circulation dans l'UE, et pour les marchandises qui ne sont pas en libre circulation dans l'UE, l'importateur doit avoir son siège en Suisse comme indiqué ;
  • La répartition de la marchandise entre les destinataires en Suisse et dans les États membres de l'UE au moyen d'attestations de contrôle partielles n'est plus autorisée.
  • Si, en raison de la nouvelle réglementation de l'UE entrée en vigueur le 1er janvier 2022, la marchandise reste bloquée aux postes d'inspection frontaliers, mais qu'il est possible de garantir qu'elle sera entièrement dédouanée en Suisse, les organismes de certification peuvent libérer ces certificats de contrôle mère jusqu'à nouvel ordre.

L'OFAG tolérera la libération de CoIs qui ont été ouverts avant la fin février 2022 et qui ne correspondent pas à ces prescriptions jusqu'à la fin 2022 au plus tard*.

*Sous réserve d'éventuelles restrictions au commerce dues à l'application de la législation par les États membres.

Novelles directives Migros Bio 2022

Les lignes directrices de Migros Bio pour la transformation et le commerce (Directive 7.4.50) ont été révisées.

Résumé des modifications:

- Champ d’application: les produits Migros Bio avec le Bourgeon n’entrent pas dans le champ d’application de ces directives. Les directives Bio Suisse ainsi que les prescriptions internes en matière de design des emballages pour la nouvelle marque Migros Bio s’appliquent à ces produits. En cas de questions concernant la conversion aux directives Bio Suisse, les fournisseurs s’adressent directement au Category Management FCM compétent.

- OEufs: les exigences relatives à la production d’oeufs sont fixées dans une nouvelle directive (Dir 7.7.5). Jusqu’à présent, ces exigences faisaient partie de la directive relative à l’assurance qualité, qui reste en vigueur (Dir 7.4.10). Cette modification ne requiert pas de nouvelles exigences pour les oeufs bio Migros (art. 4.2.7).

- Standards sociaux: la directive Social Compliance est explicitement mentionnée et il est fait référence au contrat obligatoire «Code de conduite Amfori BSCI» (Dir 7.9.1; art. 6, annexe). Cette modification ne requiert pas de nouvelles exigences.

- Additifs: le tableau 4 «Additifs à utilisation restreinte ou interdite» a été supprimé (art. annexe 6, tableau 4). Les prescriptions générales M applicables aux denrées alimentaires ne prévoient plus l’interdiction des additifs qui vont au-delà des exigences de l’Ordonnance sur l’agriculture biologique, de l’Ordonnance du DEFR et du Règlement sur l’agriculture biologique de l’EU.

- Diverses adaptations formelles, entre autres la mise à jour du numéro des documents ainsi que des ordonnances.

Les directives peuvent être téléchargées via le SupplierNet et le site de Migros.

Nouvelles directives BIO SUISSE 2022

Ci-dessous les modifications pour le secteur de la transformation et du commerce des produits Bourgeon :

  • Échantillons de sauvegarde : Chaque entreprise doit effectuer une analyse des risques propre à l'entreprise et déterminer, sur la base des risques identifiés, si - et si oui, dans quelle mesure - des échantillons de sauvegarde doivent être stockés. L'analyse des risques doit également permettre de justifier le fait de ne pas stocker d'échantillons de sauvegarde.
  • Les maquettes d'impression, les documents d'accompagnement, la communication et la publicité, etc. qui contiennent des références au Bourgeon doivent dans tous les cas être envoyés au secrétariat de Bio Suisse pour approbation et validation avant l'impression.
  • Les directives de déclaration doivent être respectées conformément aux directives en vigueur. Il faut en outre tenir compte du fait que certaines étapes de transformation sont soumises à déclaration (pasteurisation, extrusion, etc.).
  • Les documents d'accompagnement pour les animaux à onglons doivent être marqués avec la vignette Bourgeon.
  • Une certification de sécurité alimentaire n'est plus exigée pour les entreprises mixtes de commerce et de conditionnement (fruits, légumes, fruits, champignons).
  • Le commerce de marchandises en vrac, y compris les big bags, est soumis à une licence. Tout commerce d'aliments pour animaux (Bourgeon, Bourgeon Intrants) est soumis au contrôle et aussi à la certification pour le bio et à la licence pour le Bourgeon. Seule exception : les sacs entièrement fermés (cousus et collés) et entièrement étiquetés jusqu'à 50 kg.

Les directives pour l'importation de « Bio Suisse Organic » sont consultable sous le lien pour « Supply Chain Monitor ».

Les directives actuelles de Bio Suisse sont disponibles sous ce lien.

Adaptation de l'ordonnance du DEFR sur l'agriculture biologique

Aucune modification n'a été apportée à l'ordonnance sur l'agriculture biologique (910.18) pour le 01.01.2022. Dans l'ordonnance du DEFR sur l'agriculture biologique (910.181), les adaptations ci-dessous ont été effectuées:

  • Adaptation des renvois aux art. 3b et 3c - Seuls les produits et substances visés à l'annexe V, partie D, du règlement d'exécution (UE) 2021/11652 peuvent être utilisés pour la production de vin - Sont autorisés les pratiques et traitements œnologiques visés à l'annexe II, partie VI, chiffre 3, du règlement (UE) 2018/848 dans la version figurant à l'annexe 3b.
  • Annexe 3 / partie A, additifs alimentaires, y compris supports - à partir du 01.01.2022 : farine de graines de tara (E 417) uniquement issue de la production biologique ; alginate de sodium (E 401) également autorisé pour les saucisses à base de viande - à partir du 01.01.2023 : Lécithine (E 322), farine de graines de caroube (E 410), gomme de guar (E 412), gomme arabique (E 414), gomme gellane (E 418), glycérine (E 422) et cire de carnauba (E 903) autorisées uniquement en production biologique.
  • Annexe 3 / partie B, adjuvants - autorisés à partir du 01.01.2022 : Charbon actif pour la préparation de denrées alimentaires biologiques d'origine animale ; chlorure de calcium pour l'utilisation dans les saucisses à base de viande autorisé - à partir du 01.01.2023 : Cire de carnauba uniquement issue de l'agriculture biologique
  • Annexe 3 / Partie C, Ingrédients non biologiques d'origine agricole - à partir du 01.01.2024 : seuls les algues arame et hijiki, l'écorce de l'arbre Pau d'Arco, les boyaux, la gélatine, les minéraux ainsi que le poisson sauvage et les animaux aquatiques sauvages sont encore autorisés.
  • Annexe 7, nouvellement introduite : - additifs d'ensilage, liants, additifs sensoriels et nutritionnels : gomme de guar, bois de châtaignier, anhydride bétainique et additifs d'ensilage.

L'ordonnance actuelle du DEFR sur l'agriculture biologique est disponible sous ce lien.

Règlement de certification IP-SUISSE 2022

Le règlement pour la « transformation et commercialisation des produits IPS » s'appelle désormais règlement de certification IP-SUISSE. En raison de conditions cadres différentes, le règlement a été soumis à une révision fondamentale.

Aujourd'hui, IP-SUISSE dispose de matières premières qui n'étaient pas disponibles il y a des années, ou en quantités insuffisantes (p. ex. lait et produits laitiers, œufs, sucre, légumes, fruits, huile de tournesol, etc.) Cela a fortement modifié la situation de départ pour l'attribution du label IP-SUISSE, par exemple pour les produits transformés.

Les trois points principaux suivants ont notamment été adaptés :

1. augmentation de la part minimale de matières premières IP-SUISSE dans les produits composés de 70% à 80%. Sous certaines conditions, les matières premières IP-SUISSE issues des compensations en bilan de masse peuvent désormais être prises en compte comme matière première IP-SUISSE. Les produits qui n'atteignent pas les 80% peuvent être présentés avec le logo IP SUISSE et la mention des ingrédients.

2. les produits contenant moins de 50 % d'ingrédients IP-SUISSE ne pourront plus à l'avenir être mis en avant avec la coccinelle (mais la matière première IPS pourra désormais être mentionnée dans la liste des ingrédients si elle est certifiée).

3. Bilan de masse : la compensation en bilan de masse sera toujours possible sur demande écrite auprès d'IP-SUISSE, pour une durée limitée et à certaines conditions. Le logo a été adapté afin d'améliorer la transparence dans le sens de la protection des consommateurs.

Introduction et mise en œuvre du nouveau règlement de certification et du manuel de la marque adapté :

  • Le règlement de certification et le manuel de la marque s'appliquent immédiatement aux nouveaux produits.
  • Les produits certifiés jusqu'au 31.12.2021 peuvent être commercialisés conformément aux anciennes exigences (règlement et identification) au maximum jusqu'au 31.12.2023.

Vous trouverez le règlement de certification et le manuel de la marque sur www.ipsuisse.ch.

Nouvelles directives pour les marques régionales et nouveau règlement faîtier national pour le label DLR 2022

À partir du 1er janvier 2022, une nouvelle version des lignes directrices pour les marques régionales est en vigueur. Elle constitue entre autres la base des certifications Culinarium et DLR par ProCert. Le règlement faîtier national pour le label DLR a également été adapté.

Les lignes directrices actuelles, en trois langues, peuvent être consultées à l'adresse suivante : www.schweizerregionalprodukte.ch.

Le formulaire de contrôle de la composition et de la valeur ajoutée (calcul automatique Excel) est également disponible sur cette page.

Les directives générales, le règlement faîtier national DLR et des informations complémentaires sur Culinarium sont disponibles sur le site www.culinarium.ch.  

Les principales adaptations des directives pour les marques régionales :

  • La liste des ingrédients importés autorisés (annexe 5) a été mise à jour. Pour certains ingrédients importés autorisés, on trouve désormais la restriction d'utilisation « Sous spécification de la quantité et de la qualité utilisées». Afin de pouvoir clarifier la possibilité d'un approvisionnement alternatif à partir de matières premières suisses, la quantité et la qualité requises doivent pouvoir être déterminées. En cas d'utilisation de cet ingrédient, l'entreprise s'engage à indiquer l’exigence et la qualité en cas de demande de renseignements.
  • Transformateurs de viande : possibilité d'autorisation d’estivage en dehors de la région sous certaines conditions.
  • Transformateurs de viande : nouvelle réglementation des étapes de transformation en dehors de la région pour la viande.
  • Boissons : précision sur la prise en compte de l'eau et du lieu d'embouteillage.
  • Produits horticoles : Interdiction de vente de néophytes envahissantes avec la marque régionale

Nouveau règlement pour les établissements de restauration

Comme nous l'avons déjà expliqué plus en détail dans notre news du 19.03.2021, un règlement pour les entreprises de restauration a été élaboré. Celui-ci est maintenant officiellement entré en vigueur au 01.01.2022.

C'est pourquoi le règlement relatif aux établissements de restauration a été élaboré. Il est entré en vigueur le 01.01.2022. Le règlement peut être téléchargé ici.

Les entreprises intéressées peuvent contacter le secrétariat d'AMS ( ou 031 359 59 59). Elles y recevront toutes les informations nécessaires à l'enregistrement.

ProCert se tient volontiers à votre disposition en tant que partenaire compétent et fiable pour la certification.

Adaptation du règlement sectoriel fruits, légumes, pommes de terre

Les règlements sectoriels de la marque Suisse Garantie sont mis à jour à intervalles réguliers. Cela garantit qu'ils se conforment aux dernières exigences du législateur et de la branche.

Le règlement sectoriel révisé pour fruits, légumes, pommes de terre entre en vigueur le 1er janvier 2022. Les principales modifications sont les suivantes:

  • En complément, l’ensemble des échelons de production et de transformation ont l’interdiction de recourir à des composants d’OGM soumis à la déclaration obligatoire.
  • Suppression de l’enclave douanière de Campione d’Italia.
  • Adaptations formelles dans tout le règlement

La nouvelle version du règlement est disponible ici

Informations concernant la version 7 de l’IFS Food

ProCert a informé ses clients des principaux changements les concernant. Voici ci-dessous un résumé des points abordés.

1. Nouvelle doctrine IFS Food V7 applicable à partir de septembre 2021

L'IFS a publié fin juin une nouvelle doctrine IFS Food, qui est applicable à partir de septembre 2021. ProCert a informé ses clients sur les points les plus importants.

2. Obligation de signaler les incidents, enregistrement dans le portail IFS (nouveau)

Les entreprises doivent informer leur organisme de certification de tout changement «susceptible d'affecter la capacité de l'entreprise à satisfaire aux exigences de la certification» sous 3 jours ouvrables. Ces notifications doivent désormais être également enregistrées dans le portail IFS.

3. Guide de collaboration adapté (version 6)

ProCert a adapté en plusieurs points le Guide de collaboration dédié à ses clients, en y ajoutant un chapitre sur les incidents notamment.

4. Programme d'intégrité IFS - avec des contrôles annoncés à très court terme

Pour rappel, l'IFS peut effectuer une évaluation dans les locaux des entreprises ou demander à travailler avec elles à tout moment, par exemple pour traiter une plainte d'un distributeur. L'IFS effectue chaque année de tels contrôles auprès de tous les organismes de certification sur au moins 1% des entreprises auditées.

5. Formulaires de préparation de l'IFS Food V7

ProCert a créé deux formulaires que ses clients pourront remplir avant leur première évaluation IFS Food Version 7, afin d’aider l’auditeur à préparer rapidement et sans erreur le premier rapport d'évaluation selon la version 7.

6. Siège social et fonctions centrales

Les évaluations des fonctions centrales sont également associées à certains risques pour les entreprises. Extrait de l'IFS Food V7: «Si une non-conformité est détectée lors de l'évaluation IFS du siège social / de l'administration centrale, tous les sites de production évalués sont également affectés et les certificats de ces sites de production sont suspendus».

7. Évaluations non annoncées

À partir de 2021, un audit ou une évaluation sur trois devra être non annoncé(e), selon l’exigence de la GFSI. ProCert devra mettre en œuvre cette exigence d’ici à 2023.

8. Mise à jour des données dans le portail IFS

Seul l’organisme de certification peut modifier et mettre à jour les données relatives à une organisation sur le portail IFS. Par conséquent, les entreprises sont priées d’informer sans délai leur chargé-e de clientèle de toute modification concernant la forme juridique, l’adresse, les numéros de téléphone ainsi que les coordonnées de l’interlocuteur IFS et du contact en cas d’urgence.

9. Nouveaux frais d'enregistrement IFS pour les téléchargements à partir du 1er janvier 2022

IFS a informé à la mi-juillet 2021 que ses redevances seront augmentées comme suit à partir du 1er janvier 2022: les frais pour tous les standards principaux (Food, Broker, Logistics, HPC, PAC Secure, Wholesale/Cash & Carry) passeront de 300 euros à 350 euros.

10. Rappel: outil d'auto-évaluation de la culture de la sécurité des aliments de ProCert

Fin mars, ProCert a publié un outil d'auto-évaluation de la culture de la sécurité des aliments. Ce dernier peut être téléchargé gratuitement au format Word sur le site Web de ProCert, dans la rubrique Downloads.

Norme IN-Qualis:2018 – Qualité certifiée de l’insertion

ProCert a obtenu l’accréditation IN-Qualis fin juillet 2021. Cette norme remplace l’ancienne norme AOMAS 2010 dans le domaine de l’insertion sociale.

La norme IN-Qualis:2018 est un système de management de la qualité qui a été créé spécialement pour l’assurance et le développement de la qualité dans le domaine des prestations d’insertion.

Les organismes d’insertion socioprofessionnelle soutiennent et accompagnent les personnes présentant des besoins spécifiques dans les mesures visant à rétablir, améliorer ou maintenir leur employabilité, afin qu’elles puissent accéder au marché du travail ou à une place de formation (formation professionnelle initiale).

Source: www.arbeitsintegrationschweiz.ch/fr/norme-qualite

Pour en savoir plus sur l’engagement de ProCert dans le domaine Santé & Social: www.procert.ch/domaines/sante-social

  • 08.07.2021

Adaptation du Concept de protection des organismes de certification pour les audits et les inspections en présence de certificats COVID

ProCert et SQS ont publié une quatrième version de leur concept de protection pour la réalisation d'audits de certification de systèmes de management et de produits.

L’édition actuelle du concept de protection précise la marche à suivre pour le déroulement d’audits lorsque les personnes participantes sont munies d’un certificat COVID (chapitre 5).

Vous pouvez télécharger le document au format PDF ici.

Adaptation des directives de nomenclature pour les produits PurEpeautre

Le comité de la CI Epeautre a révisé et approuvé les directives de nomenclature pour les produits PurEpeautre.

La nouvelle version (mai 2021) sera disponible sur la page d'accueil de la CI Epeautre.

Les adaptations les plus importantes concernent les points suivants :

  • La marque UrDinkel doit être apposée sur le devant de l'emballage. La taille de la marque doit être sélectionnée de manière à ce que tous les éléments du texte soient lisibles.
  • Les noms des produits PurEpeautre ne doivent pas contenir le « de » avant, ni l’accent aigu sur le E de PurEpeautre, car ce mot est la description d'une marque et non celle d’un produit au sens strict. Cela augmente à la fois la reconnaissabilité du PurEpeautre et la lisibilité des mots de compositions plus longues (p.ex. Farine mi-blanche PurEpeautre, au lieu de Farine mi-blanche de PurÉpeautre).
  • Le « E » dans « PurEpeautre » doit être en majuscule si des lettres majuscules et minuscules sont utilisées.
  • Les illustrations de céréales sur l'emballage doivent clairement montrer du PurEpeautre.

Les directives de nomenclature mises à jour s'appliquent immédiatement à tous les nouveaux emballages et nouvelles étiquettes. Les emballages et étiquettes existants pourront être utilisés tels quels jusqu'à fin 2022.

Norme ISO 21001:2018

ProCert a obtenu l'accréditation selon la norme internationale "Système de management des organismes d'éducation/formation" (ISO 21001:2018) à compter du 1er avril 2021.

Le SAS a examiné en détail notre système de gestion et a confirmé, lors d'un audit accompagné l'année dernière, que nous sommes désormais accrédités à la certification de cette norme.

La présente norme remplace la norme ISO 29990. Nos chargés de clientèle du secteur de l'éducation et de la formation se tiennent à votre disposition pour tout complément d'information.

Cette norme s'adresse à tous les types d'organismes d'éducation/formation.

Bienvenue aux clients ProFormations

Nous souhaitons la bienvenue aux clients de ProFormations qui continuent la certification avec nous.

Les certificats délivrés par ProFormations restent valables jusqu'à la réalisation du prochain audit intermédiaire ou de renouvellement.

Une communication officielle par ProCert aura lieu le 20 avril 2021 afin d’informer les clients ProFormations de la marche à suivre comme par exemple la procédure de transfert, les délais, la situation avec les auditrices et les auditeurs et le prochain audit.

D’ici là, pour toutes les questions relatives à la certification, Monsieur Domingo Fernandez se tient à votre disposition: 
 
Tél. 078 711 20 02.

Outil d'auto-évaluation ProCert en matière de culture de la sécurité des aliments

L'exigence d'une culture de la sécurité des aliments est désormais une obligation légale dans l'UE. Le règlement (UE) 2021/382 du 3 mars 2021, qui comprend des exigences dans le domaine de la culture de la sécurité des aliments, est entré en vigueur le 24 mars dernier.

La direction de ProCert a créé un outil basé sur une auto-évaluation comportant 12 questions clés que les entreprises peuvent utiliser gratuitement. Grâce à ces questions, étayées par des exemples de mise en œuvre concrets et des conséquences possibles en cas de mise en œuvre insuffisante, les entreprises obtiendront rapidement un aperçu de la situation dans leur organisation.

L'objectif de cette auto-évaluation est d'inviter les entreprises à réfléchir à la question de la mise en œuvre d'une culture de la sécurité des aliments efficace.

Cet outil peut-être téléchargé sur le site Web de ProCert, sous la rubrique Downloads. Il présente également un grand nombre de questions et réponses, également disponibles sur le site de ProCert sous la nouvelle rubrique FAQ Culture de la sécurité des aliments.

Suisse Garantie dans le secteur de la restauration

L'utilisation de la marque de garantie Suisse Garantie dans la gastronomie sera soumise à certification à partir du 1er janvier 2022.

Jusqu'à présent, la marque Suisse Garantie pouvait être utilisée dans la restauration collective après la signature d'une convention avec Agro-Marketing Suisse (AMS) sans autre contrôle. Pour des raisons de crédibilité et d'égalité de traitement avec le secteur de l’agroalimentaire, avec  près de 1400 certificats Suisse Garantie, la certification sera également exigée dans le secteur de la restauration dès l'année prochaine. A cet effet, l'AMS a adopté le règlement de Suisse Garantie pour les établissements de restauration, qui entrera officiellement en vigueur le 01.01.2022.

Un établissement de restauration qui souhaite utiliser la marque Suisse Garantie peut identifier avec Suisse Garantie, soit des menus entiers (90% des ingrédients d'origine agricole d'un menu doivent être composés de matières premières SGA), soit seulement des composants individuels. Bien que la nouvelle réglementation n'entre pas en vigueur avant début 2022, des audits pourront déjà avoir lieu en 2021 et les entreprises de restauration concernées seront alors certifiées. Ainsi sera garanti que toute utilisation actuelle du logo est déjà conforme à la réglementation valable dès 2022.

Pour la certification dans le domaine de la gastronomie de Suisse Garantie, 2 organes de certification Suisse Garantie sont agréés sur un total de 6. A la fin de l'année 2020, ProCert a délivré environ 53 % de tous les certificats Suisse Garantie et est donc le leader incontesté des organismes de certification Suisse Garantie. Nous sommes également à votre disposition en tant que partenaire compétent et fiable pour le secteur de la restauration. Si vous avez des questions, n'hésitez pas à contacter Christian Wasem ou Martin Widmer.

  • 17.02.2021

Adaptation du Concept de protection des organismes de certification pour les audits et les inspections pendant la pandémie de COVID-19

ProCert et SQS ont publié une nouvelle version de leur concept de protection pour la réalisation d'audits de certification de systèmes de management et de produits.

La troisième édition du concept de protection a été adaptée concernant les mesures supplémentaires pour la protection de la santé de l'auditeur/l’auditrice (chapitre 1) et les frais généraux (chapitre 2).

Ce concept de protection pour les audits et les inspections a pour but de décrire les mesures de protection pour l'auditeur/l’auditrice (également pour les équipes d'audit et les witnesseurs (observation en situation d’audit) et les observateurs/observatrices) et pour les employé-e-s de l'entreprise en plus des exigences émises par les autorités, les entreprises et les autres parties prenantes.

  • 10.02.2021

ProCert Belgique déménage!

Chez ProCert, nous sommes reconnus comme des professionnels ayant une haute exigence de qualité.

A ce titre, nous avons cherché à héberger ProCert Belgique dans un lieu en adéquation avec nos valeurs. L'immeuble de Bluepoint Liège répondait à toutes nos exigences en matière de situation et de qualité des prestations offertes.

Notre nouvelle adresse: ProCert SA191 Boulevard Emile de Laveleye4020 Liège.

Notre adresse mail reste inchangée: Notre numéro d'appel: +32475483755.

Pour en savoir plus, consultez notre page International

  • 04.02.2021

Ré-accréditation ISO 17021 pour le domaine des systèmes de management

Après plusieurs jours d'audit réalisés en juillet et septembre 2020 par les auditeurs et experts du Service d’accréditation Suisse SAS, ProCert a été ré-accrédité en janvier 2021 pour la conduite d’audits et la réalisation de certifications accréditées dans le domaine des systèmes de management.

Un audit de ré-accréditation est effectué tous les 5 ans, suivi d’audits de surveillance annuels et complété par de nombreux audits de witnessing. ProCert est accrédité dans le domaine des systèmes de management depuis 1997, ce qui représente sept cycles de ré-accréditation consécutifs.

La responsabilité de l'accréditation et du système de management de la qualité pour les deux domaines des systèmes de management et de la certification de produits incombe à la direction générale. Cette implication et cet engagement font partie intégrante de la culture d’entreprise de ProCert.

Nous sommes fiers d’avoir passé cet audit, réussite que nous devons essentiellement au travail sans relâche de nos auditrices et auditeurs. Ces derniers s’impliquent chaque jour pour défendre les valeurs de ProCert, et ce dans des conditions parfois difficiles, gardant toujours à l’esprit le souci de fournir un travail exemplaire.

Vous pouvez consulter l’attestation du SAS ici. Le registre détaillé des standards accrédités est disponible ici.

Concernant le domaine de la certification de produits, le prochain audit de ré-accréditation est prévu pour cet automne.